Abstrait - Karim Van Engeland
  
Abstrait
Le sujet ? L’harmonie de couleurs, et surtout, la matière !

Ma démarche artistique est multiple: je recherche l’harmonie des couleurs, des textures et des matières dans mes peintures. Je suis à la recherche de la réalité dans mes photographies. J’explore la perfection des lignes et des formes dans mes collages.

J’essaye de représenter le beau dans un cadre abstrait. Je m’inspire de visions furtives de l’esprit. Par exemple, lorsque je peins une toile avec du rose et du violet, le choix de mon assemblage de teintes vient de l’observation du mariage harmonieux des couleurs des fleurs. Le choix, presque récurrent, du fond noir est un moyen de faire ressortir ces couleurs. L’équilibre parfait des couleurs est plus aisée à réaliser sur les toiles de grand format (plus de 40 cm de côté). Sur les petits formats, le défi est d’exprimer autant de nuances que sur une toile parfois quatre fois plus grande

.Je commence toujours une toile en cherchant à lui donner du relief. Je crée les veines qui donneront à l’œuvre finale son âme, et qui compléteront les couleurs. Issudu mouvement graffiti des années 90 à Paris, je cherche à recréer cette texture propre aux murs de la ville, irrégulière, grossière, riche en surprises et faite de matières différentes. Sur une toile non lisse, la matière prend vie.

Je pose les couleurs sur la toile à l’aide de toute sorte d’outils : du plastique, des rouleaux, des mouchoirs… Ces derniers ont l’avantage de poser la peinture de manière irrégulière, furtive, comme dans les mouvements artistiques de la fin du XIXème siècle, tels les impressionnistes et les néo impressionnistes. L’avantage de cette technique est le mélange qui s’opère entre les touches posées. L’harmonie se crée dans l’œil de la personne qui regarde l’œuvre. Les couleurs ne sont pas retravaillées ; c’est à l’observateur, ou plutôt à son œil, de marier les différentes touches colorées entre elles. Les couleurs et leurs harmonies deviennent presque unprétexte à la matière. Elles donnent un sens à l’œuvre, mais ne sont pas son essence. Elles sont au service des veines créées dès le début du processus. Le but est de donner vie aux toiles, de leur donner une apparence, telle la peau recouvrant les organes du corps humain.

Karim Van Engeland, Le 10 février 2015.
Top